Blog de veille du CFTTR

Découvrez l'actualité concernant la traduction et la rédaction grâce à nos articles ! Quelles sont les débouchés ? Rédacteur ou traducteur ? Traduire des films, des séries, des jeux-vidéos, un métier fait pour vous ?

Diplômé⸱e … et après ?

Nombre d’étudiant⸱e⸱s terminent leur Master de Traduction-Interprétation sans savoir comment la transition entre le monde universitaire et le monde du travail se fera. Néanmoins, cette situation anxiogène peut être parfois maitrisée en suivant quelques conseils simples et utiles.

D’abord, il est primordial de se fier à son instinct et de ne jamais abandonner, peu importe ce que vous pourrez entendre, sinon comment savoir ce que vous aimez sans même essayer ? Débuter dans le monde du travail n’est jamais chose aisée, il vous faudra être patient⸱e et donner de votre personne pour arriver à vos fins mais rien n’est impossible. Cela dit, certains secteurs sont plus saturés que d’autres, vous devrez donc redoubler d’efforts pour vous faire une place.

Il vous faudra également acquérir le plus d’expérience possible, il s’agit d’un critère décisif lors d’un entretien. Les stages et volontariats sont les meilleurs moyens dont vous disposez pour combler ce manque. Vous pourrez alors affiner vos capacités en travaillant pour une association ou une ONG par exemple, ou bien encore lors d’évènements culturels. Ce sont des conditions idéales pour commencer à traduire ou interpréter car vous êtes bien encadré⸱e et les sujets ne sont en général pas trop spécialisés. Cela vous servira d’atout lorsqu’une entreprise ou une agence vous questionnera à propos de votre expérience et vous apportera également plus d’assurance dans ce que vous faites.

Bien plus que de l’assurance, votre expérience préalable vous permettra de ne pas trop souffrir du syndrome de l’imposteur lors de votre premier entretien. Il est tout à fait normal en sortant du système universitaire de se poser des questions et de douter de ses capacités, mais ne vous découragez pas. Ce n’est pas parce que vous venez d’être diplomé⸱e que vous n’avez pas les aptitudes nécessaires, ou que vous valez moins qu’un⸱e autre. Vous ne réussirez sûrement pas du premier coup mais n’abandonnez jamais et allez de l’avant. La meilleure façon de ne pas être atteint⸱e de ce syndrome reste encore de se renseigner et de se préparer au mieux à ce qui vous attend, que cela soit un entretien ou un sujet à traduire. Plus vous serez préparé⸱e et aurez de l’expérience, moins le syndrome de l’imposteur sera fort.

Enfin, il est important de se constituer un réseau professionnel. Cela permet de se tenir informé⸱e des opportunités autour de soi et d’augmenter sa visibilité pour être contacté⸱e par un⸱e futur⸱e client⸱e ou collègue. De plus, avoir des contacts dans un milieu où le bouche à oreille fonctionne très bien peut s’avérer être un véritable avantage.

Suivez ces quelques conseils et surtout ne doutez pas de vous, vous êtes un⸱e professionnel⸱le.

Loys Gohier

Révisé par Corentin Aillery

Source : https ://enlalunadebabel.com/2020/06/29/como-encontrar-tu-primer-encargo-de-traduccion-y-no-desfallecer-en-el-intento/

                                                                                                                                  

Loys Gohier

Laisser un commentaire

Revenir en haut de page